Un souvenir d'enfance : la Vallée des Consuls

 

(librement adapté de "La Consulaire" de Monique Milla)

 

A l'ouest d'Alger, sur les hauteurs de Saint Eugène, le quartier de la Consulaire dominait le couvent des Clarisses, le Grand Séminaire et la Basilique de Notre Dame d'Afrique. Il offrait un panorama incomparable sur l'entrée de la baie d'Alger jusqu'au Cap Matifou et, les soirs de temps clair, permettait d'apercevoir, très loin à l'est, le signal du phare du Cap Djinet.

Après la Basilique, pendant environ 1 kilomètre 800, la route dite de la Vallée des Consuls (ou Avenue du Général Laquière) serpentait agréablement entre talus et ravins, sous les contreforts maritimes de la Bouzaréah, pour finir devant l'entrée de la propriété du Général, dite Le Consulat, l'entrée du Fort Duperré et le lotissement de la Consulaire. Ce lotissement s'est construit au fil des ans le long de la propriété Laquière qui commençait au Fort Duperré et montait jusqu'au Sémaphore. Le "chemin romain" lui servait de limite naturelle. Dans ce chemin, des eaux parfois torrentueuses descendaient vers les ravins et la mer. Le long de l'unique route de terre battue, les maisonnettes en dur et les gourbis entourés de haies de figuiers de barbarie ou d'amandiers, cohabitaient en formant trois balcons fuyant vers le sommet.

Mon coin préféré c'était la propriété Laquière, tout près de chez moi. Je n'ai pas passé un jour sans y aller. Je prenais l'allée de terre bordée sur le côté "chemin romain" d'aloès et d'oliviers, puis de petits bosquets de plantes exotiques, telles qu'aloès du Cap, Yuccas, et de talus tapissés de Plumbago, sous l'ombrage de grands pins parasol, d'Eucalyptus ou de Caroubiers. Mais ce que je préférais c'était d'aller jouer autour de la belle maison mauresque inhabitée...

Bâtie derrière un tertre, invisible aux rares promeneurs, elle était précédée de trois gigantesques eucalyptus, envahie par la bignone et la glycine centenaire qui la couvrait à demi; la blancheur de ses murs paraissait encore plus éclatante au milieu de toute cette verdure.

Dans l'avant-cour, il y avait un jardin d'été ouvert à tous vents avec, sur le côté, une petite pièce fermée (c'était le bureau du général Laquière qui abritait ses collections de pointes de flèches sahariennes et autres pierres taillées); des bancs de mosaïque en étaient les seuls ornements avec les grilles des ouvertures béantes.

La maison, de style mauresque, était imposante et agréable; une petite porte de bois sombre cloutée avec un judas grillagé semblait presque minuscule au fond de l'immense porche vouté. Derrière cette porte, si attirante et mystérieuse à nos yeux d'enfants, après un demi palier, on pouvait admirer une cour intérieure pavée de mosaïques, avec au centre une belle fontaine aux larges vasques. Tout autour, de fines colonnades torsadées bordaient une galerie aux murs recouverts au trois quarts de beaux carrelages colorés, sur laquelle s'ouvraient les appartements du rez-de-chaussée. Un grand escalier conduisait à l'étage où les chambres et le salon aux vitraux multicolores donnaient sur une galerie à la balustrade de fer forgé. Nous étions émerveillés par tant de beauté.

 

Un patio identique à celui de la villa du Consulat

(siège de l'Archevéché d'Alger)

 

Villa Laquière - La galerie de l'étage vue du toit

 

Cette maison, avant d'appartenir à la famille Laquière, avait été, avant la conquête de 1830, le siège du consulat d'Angleterre. Elle fut, après sa retraite et jusqu'à sa mort en 1920, la résidence du Général Laquière. Après 1954, la villa et les terres qui l'entouraient ont été vendues pour y établir un lycée professionnel. La maison, infestée de termites, a fini par être détruite.

(Monique Milla habitait le lotissement de la Consulaire, pratiquement au bord de la propriété Laquière dont elle était seulement séparée par le "chemin romain". Elle fut, pendant le séjour qu'enfants nous avions fait au Consulat (été 1948) notre compagne de jeux de chaque jour. Elle réside maintenant à Port La Nouvelle dans l'Aude.).

Les photographies des deux patios, ainsi que le plan de la Vallée des Consuls, m'ont été aimablement communiquées par Monique Milla.

 

Plan de la Vallée des Consuls en 1845

Le Consulat d'Angleterre est devenue la Villa Laquière et le Consulat de France a été occupé par le Grand Séminaire de Notre Dame d'Afrique

Plan de la commune de Saint Eugène (le parc aux huitres correspond à la Batterie du plan précédent)