NOTICE BIOGRAPHIQUE

Marie Louis Eudore Baldou

(1813-?1885)

 

Né le 6 septembre 1813 à Sauve (Gard), de Antoine Maurice Baldou, docteur en médecine (*), et de Marie Rosalie Baude, Eudore Baldou vécut ses premières années à Sauve. En 1815, à la mort d’Antoine Baldou, son épouse Marie Rosalie quitte Sauve avec ses deux fils et s’installe vraisemblablement dans la région de Montpellier.

(*) Antoine Maurice Baldou était diplômé de la Faculté de Médecine de Montpellier devant laquelle il avait soutenu, en 1798 (An VII de la République), une thèse intitulée: "Quelques idées sur la convalescence des maladies aigues".

C’est en effet dans cette ville de Montpellier que l’on retrouve Eudore Baldou lorsque, le 23 juin 1838, il présente, devant la faculté de Médecine, son mémoire de thèse de Doctorat en Médecinesur le sujet "Comment reconnaitre un composé de matière animale et de préparation de zinc". Il est alors déjà membre titulaire du Cercle Médical de Montpellier.

En 1840 , impressionné par la lecture du " Manuel d’Hydrosudopathie " du Dr Bigel (Paris, Editions Baillière, 1840), il entreprend, avec l’appui du Ministre du Commerce, Gouin, compétent en matière d’établissements sanitaires, un voyage d’études en Allemagne. Il se rend tout d’abord, en juillet 1840, à Boppard, localité de la rive gauche du Rhin à 13 km au sud de Coblence, où est installé l’établissement hydrothérapique de Marienberg, dirigé par le Dr Schmitz. Conformément à ses idées, il s’y soumet, durant une semaine, aux impératifs de la cure. Il écrira ensuite : " Je devais essayer sur moi-même chacun des agents qui composent la méthode ", et, en thérapeute, il note les réactions physiologiques qu’il éprouve et constate l’action bénéfique de la sudation suivie du bain froid.

Il arrive ensuite, en septembre 1840, à Graeffenberg, hameau des Sudètes où est installé l’établissement d’hydrothérapie de Vincenz Priessnitz. Il s’y livre à une véritable enquête clinique qu’il confronte avec l’opinion des huit confrères présents à ce moment-là à Graeffenberg, dont deux autres français, les Drs Maingot, d’Abbeville (Somme), et Taisseire de St Marc, de Paris. Il visite ensuite l’établissement de Weiss à Freiwaldau (actuellement Jesenik), avant de rentrer en France.

A son retour, Eudore Baldou s’installe à Paris, au 16 rue de la Victoire. Il rédige et présente au Ministre Gouin son rapport sur l’hydrothérapie, publié la même année par Baillière & Dantu, libraires à Paris, sous le titre " L’Hydropathie – Traitement rationnel par la sueur, l’eau froide, le régime et l’exercice ". Le rapport semble avoir été favorablement accueilli par le Ministre et l’autorisation d’ouvrir un établissement sanitaire selon les principes de Priessnitz est accordée au Dr Baldou. Ce rapport fera ensuite, en 1841, l'objet d'une seconde publication en annexe à l'ouvrage du Dr Bigel "Manuel d'hydrosudopathie .... suivant la méthode employée par V.Priessnitz, à Graefenberg" publié à Bruxelles par la Société Typographique Belge.

première page du rapport du Dr Eudore Baldou (1841)

Première page du rapport du Dr Eudore Baldou (1841)

 

Le premier établissement français d’hydrothérapie appliquant les principes de Priessnitz sera ainsi ouvert en 1841 aux Ternes, village dépendant alors administrativement de la commune de Neuilly et devenu, à partir de 1860, l’un des quartiers du XVII° arrondissement de Paris. Il avait d’abord envisagé de s’installer sur les hauteurs du Pré-Saint-Gervais, mais son choix définitif se porta sur le Château de l’Arcade au village des Ternes. C’est un bel édifice du XVIII° siècle dont on perça le rez-de-chaussée du bâtiment central (toujours visible de nos jours) afin d’y frayer un chemin, devenu ensuite la rue de l’Arcade (actuellement rue Bayen). Proche de la barrière du Roule (Place des Ternes), porte d’accès à la capitale ceinturée par le mur des Fermiers Généraux, on y accède alors facilement par les voitures omnibus de la Compagnie " Les Hirondelles " qui relient le boulevard de la Madeleine au pont de Neuilly.

 Marie Louis Eudore Baldou

Le Docteur Eudore Baldou

(1813-1885)

 

L’établissement est installé dans une des ailes du château et utilise l’eau de la Seine filtrée et rafraîchie dont les baigneurs, après la sudation et le bain froid de rigueur, absorbent en moyenne trois litres par jour. Le parc offre ses ombrages pour la promenade. La fréquentation de l’établissement semble avoir été importante, tout au moins les premières années, et, en 1846, le Dr Baldou consigne les résultats de ses cinq premières années d’activité dans un ouvrage intitulé " Instruction pratique sur l’Hydrothérapie étudiée au point de vue 1° de l’analyse clinique, 2° de la thérapeutique générale, 3° de la thérapeutique comparée, 4° de ses indications et contre-indications ", dans lequel il détaille ses observations ; il y exprime sa foi profonde dans l’avenir de l’hydrothérapie et cet ouvrage sera réédité en 1857.

 

Le château de l'Arcade, emplacement de la maison de soins du Dr Baldou

Le chateau de l'Arcade (actuellement 37 rue Bayen PARIS)

 

Toutefois, l’activité de la Maison de Santé de la barrière du Roule ne semble pas avoir dépassé la fin des années 1840. L’Almanach Royal d’abord puis l’Almanach Impérial donnent en effet comme lieux d’exercice du Dr Baldou, d’abord la rue des Thermes (actuelle rue du Sommerard, au n°11, pour les années 1848 à 1850), puis en 1851 la rue Godot de Mauroy (au n°10), de 1852 à 1855 à la fois au 5 rue de Londres et au 5 rue des Batailles à Chaillot où il dirige le traitement hydrothérapique dans la maison de santé et de convalescence du Dr Puzin. Il y applique ses méthodes sur un certain nombre d’aliénés, ce qui lui permettra, en 1852, de présenter un mémoire devant l’Académie Impériale de Médecine sur " Une nouvelle méthode de traitement de l’aliénation mentale par l’Hydrothérapie " (paru dans le Bull.Acad.impériale de Médecine, XXVIII, 1862, p.11). A partir de 1863, il s’installe au 94 Place Carré, dans le quartier des Batignolles, puis de 1866 à 1870 au 94 boulevard de Neuilly (actuelle avenue de Villiers), où il est médecin du Bureau de Bienfaisance du 17ème arrondissement de Paris. En 1864, il avait, sans résultats semble-t-il, présenté sa candidature aux fonctions de Médecin Inspecteur des Eaux de Royat (Puy de Dôme), établissement thermal inauguré en 1852, et où il espérait pouvoir ouvrir un établissement de soins et rendre l’hydrothérapie accessible à toutes les classes de malades, riches et pauvres.

A partir de 1870, on perd la trace du Dr Baldou qui cependant résidait toujours 11 rue du Marché Saint Honoré à Paris où on le trouve encore, vers 1885, mentionné, comme médecin, à l’Annuaire des Artisans et Commerçants de la capitale. Il est sans doute décédé vers 1885 ou 1886.

Le Dr Baldou avait épousé le 9 février 1850, à la mairie du 10ème arrondissement, Caroline Marie Eugénie Denis de Lagarde, née le 10 mai 1830, fille du chef du Service des Secrétaires Rédacteurs de la Chambre des Députés, Louis Pierre Marie Auguste Denis de Lagarde et de Marie Victoire Désirée d’Haussy, son épouse. De ce mariage, sont issus quatre enfants , trois fils, Louis Gabriel, l’aîné, né à Paris en 1853, puis Aimé, le second, né au Havre le 1er août 1860, une fille, Henriette Marie, née le 2 septembre 1862, décédée le 16 mai 1946, et mariée le 19 mars 1919 avec un bijoutier parisien, Clément Albert Lévy. Le dernier fils, Ludovic, est né en 1866 à Paris et a émigré très tôt au Brésil puis sans doute en Argentine.

 

Caroline Marie Eugénie Baldou, née Denis de Lagarde en 1885

Caroline Baldou, née Denis de Lagarde, en 1885

Ludovic, qui avait pris le nom de sa mère et se faisait appeler Baldou de Lagarde, semble avoir mené une vie difficile et on le retrouve, en 1886, au Brésil où il vivait, dans la ville de Cattete, au 20 Praia de Flamingo, pratiquement sans ressources. Sa présence y est attestée par sa correspondance avec le Consul de France à Rio de Janeiro . C’est chez lui que mourut sa mère, le 3 mai 1886, au cours d’un voyage. Il semble avoir ensuite émigré en Argentine où il se serait marié et aurait fait souche. On ne sait rien de son destin ultérieur, ni de la vie menée par sa sœur Henriette avant ou après son mariage.

 

Aimé Baldou

Aimé Baldou vers 1895

 

Aimé Baldou, le second fils, né en 1860 au Havre, a fait des études en géologie et en chimie, sans doute sous l’influence de son oncle Ludovic Denis de Lagarde, ingénieur des Mines. Après un passage dans l’armée (il fut conditionnel au 31ème Régiment d’Infanterie de Ligne à Tours), il travaille comme Professeur de Minéralogie et de Géologie puis ouvre, en 1887, un Comptoir Minéralogique et Géologique à Genève (Suisse). Il réside alors à la Villa La Cluse, au 31 des Petits Philosophes, Genève et on peut retrouver, sur le Net, des photograpies d'échantillons minéralogiques proposés à la vente par Aimé Baldou ou de leurs étiquettes. En août 1894, il envisage un séjour de longue durée en Turquie et sollicite du Ministre français de l’Instruction Publique de l’époque une autorisation officielle de Mission devant assurer sa sécurité et son introduction auprès des autorités locales. Après un premier refus, il renouvelle cette demande en Mars 1895 alors qu’il s’apprête à transférer sa résidence à Constantinople, suite à la fermeture de son comptoir de Minéralogie de Genève. Cette seconde demande est également rejetée par le Ministère pour insuffisance de dossier. On ne sait pas si ce projet d’installation en Turquie fut alors suivi d’effet.

Par la suite, à la fin des années 1890, installé à Paris, il prend un brevet pour un appareil d’extinction des feux qu’il entreprend de fabriquer et de commercialiser sous la marque « L’Antiflamme ». Son usine de production, avant la Grande Guerre, était située à Paris, 4 rue de la Tour d’Auvergne. Cette activité fut brutalement interrompue par son décès intervenu en Juin 1911.

D’un premier mariage, le 10 juillet 1884, à Paris 6ème, suivi d’un divorce, avec Irène Adélaïde Pisani, il avait deux fils, Maurice et Henri, la présence du second au sein de la famille étant attestée par des photographies où il semble avoir de 16 à 18 ans. De son second mariage, célébré le 28 Juin 1900 à Paris (1er arrondissement), avec Henriette Barbe Jouvard (1875-1951), il aura encore deux enfants : une fille, Marguerite, née en 1901 et morte en 1989, un fils, Julien, né en 1902 et décédé en 1998.

 

 

la famille Baldou et sa de Dion-Bouton (1904)

Aimé Baldou, son épouse Henriette Jouvard et leurs deux enfants vers 1904
(le jeune homme au second plan est sans doute Henri Baldou,
second fils du premier mariage d'Aimé Baldou)

 

 

un des modèles d'extincteur Baldou

Un des modèles d'extincteur Baldou

 

Deux des étiquettes d'échantillons minéralogiques commercialisés par Aimé Baldou

(extrait de Wilson Wendell, Mineralogical Record Biographical Archives)

 

Un échantillon d'Anatase commercialisé par le Comptoir Baldou

(Photo Virtual Museum of the History of Mineralogy)

 

 

(Les renseignements sur la vie professionnelle et la carrière d’Eudore Baldou sont extraits, en partie, de l' ouvrage de Albert-André Genel : " Guérir par l’eau froide – L’hydrothérapie en France au milieu du XIX° siècle " Ed. La Page et la Plume, Paris 1999).