NOTICE BIOGRAPHIQUE

Florentin Jacques DENIS-LAGARDE

(1738 – 1809)

 

 

Né vers 1738, à Pontrieux, second fils de Pierre Denis de la Villeseran et de Marguerite Jourand, Florentin Jacques Denis-Lagarde, du fait de sa profession de juriste, fit partie, sa vie durant, des "notables" de Paimpol. Par son mariage avec Marie Françoise Corouge, en 1767, il a fait alliance avec une grande famille de négociants et d'armateurs paimpolais, célèbre par deux des frères de Marie Françoise, Pierre François Corouge, dit Corouge aîné (1749-1824), et son frère René Corouge. De ce mariage devaient naître, en 1768 Pierre François Denis de Lagarde, futur "policier de l'Empereur", en 1769 René Joseph Marie Denis-Lagarde qui s'illustra dans la marine de la Révolution et de l'Empire, puis onze autres enfants, dont deux fils qui périrent au combat en mer. Un troisième fils de Florentin Jacques, également prénommé Florentin, est né le 26 juin 1798 à Paimpol. Après une carrière de Receveur de l'Enregistrement, il est mort à St Brieuc le 5 mai 1838. De son mariage, en 1809, avec Zoë Bagot, fille de Jean Louis Bagot et de Françoise Anne Le Normand de la Humelaye, est issu un fils, Augustin Pierre Marie Denis-Lagarde, né à Paimpol le 13 juillet 1812, inspecteur de la marine, décédé en 1886 à St Brieuc, auteur de quelques études de numismatique et d'archéologie. Il eût lui-même, de son mariage avec Mathilde Buccorelli, un fils, Augustin, né en 1852, Commissaire en Chef de la Marine, mort le 8 juin 1944, qui, de son union avec Berthe Thomas, eût deux enfants : un fils, Augustin, et une fille, épouse de Pierre Laporte.

De par sa formation de juriste, Florentin Jacques eut accès à des fonctions importantes au sein des organisations municipales de la ville de Paimpol, que ce soit sous l'ancien Régime ou, après 1789, sous la Révolution. On le trouve ainsi, en 1772, comme Sénéchal de haute justice de Paimpol, officier de justice nommé par le comte du Goëlo, Charles de Rohan-Soubise. Il sera également, durant plusieurs années, membre éminent du "Général" de la paroisse de Paimpol, qui, à partir de 1704, est chargé de la gestion du budget paroissial (rappelons que la commune n'existait alors pas, la paroisse en faisant fonction) et de régler la répartition et la levée des impôts et taxes. Formé du curé, de juges, d'un procureur fiscal et de trésoriers ou anciens trésoriers, ce Général était, chaque année, renforcé de deux nouveaux trésoriers, élus ou plutôt cooptés, chargés du budget paroissial pour l'année à venir. Le nom de Denis-Lagarde apparaît, comme trésorier, de 1773 à 1780 au Général de la paroisse de Paimpol. En 1782, on le retrouve comme procureur fiscal et avocat au Parlement, charges qu'il cumule avec celle de Receveur des Domaines du Roi. Durant la même période, son frère, Pierre du Porzou, assurait la charge de Sénéchal de la ville de Pontrieux.

Au mois de décembre 1789, la Constituante vote la loi constitutive des administrations municipales. Le Comité National créé en août 1789 disparaît et le 1er février 1790, la population de Paimpol élit sa première municipalité. Florentin Jacques Denis-Lagarde en fait partie comme Conseiller Général, le maire élu étant son beau-frère Pierre François Corouge. Il y siègera pendant un an, tenu ensuite d'opter pour sa charge de receveur des droits d'enregistrement. Il reste cependant compté parmi les "notables" de Paimpol, et, à partir du 22 septembre 1793, on retrouve Florentin Jacques Denis-Lagarde comme membre élu du Comité révolutionnaire de Surveillance mis en place conformément à la loi du 11 août 1792 relative aux comités révolutionnaires. Ce comité disparut le 18 septembre 1794, la loi du 24 août 1794 ayant supprimé ces comités dans les villes de moins de 8000 habitants. Par ailleurs, à partir du mois de frimaire de l'an II (le 19 décembre 1793), Denis-Lagarde se retrouve, accompagné de ses deux beaux-frères, élu à la Société Populaire, née à l'initiative de la municipalité mais qui n'aura qu'une existence éphémère, la fermeture de tous les clubs et sociétés étant ordonnée le 6 fructidor an III (23 août 1795), et effective le 18 septembre 1795.

A ce moment, Denis-Lagarde occupe le logis sud de l'hôtel particulier construit en 1793 par Pierre François Corouge sur le quai du port de Paimpol (ce bâtiment, classé monument historique et sis au 29 quai Morand, est actuellement occupé par l'hôtel-restaurant "le Repaire de Kerroc'h"). C'est vraisemblablement là qu'il mourut, dans le courant de l'année 1809, laissant à ses enfants survivants une succession passablement embrouillée du fait d’un procès qui l’opposa plusieurs années durant à son frère Pierre du Porzou, au sujet d’une dette impayée.